forum des Architectures
 
الرئيسيةاليوميةس .و .جبحـثقائمة الاعضاءالمجموعاتالتسجيلدخول

شاطر | 
 

 Le Corbusier à l'architecture organique

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
king-archi2010
Admin


ذكر عدد المساهمات : 470
تاريخ التسجيل : 17/07/2010
العمر : 29
الموقع : http://archisouf.3oloum.org

مُساهمةموضوع: Le Corbusier à l'architecture organique    الجمعة نوفمبر 09 2012, 09:03




Le Corbusier à l'architecture organique


L'oeuvre du Suisse Charles-Edouard Jeanneret, dit Le Corbusier, se fonde sur des principes différents de ceux des architectes allemands, même si l'apparence extérieure de son architecture reste la même. Ses premiers édifices, comme la villa Stein, à Garches (1927), ressemblent à ceux de Gropius et de Mies van der Rohe par leurs dispositions spatiales asymétriques et fluides, ainsi que par leurs surfaces de verre et de stuc sans ornementation. Dans son livre capital Vers une architecture (1923), Le Corbusier prône une nouvelle architecture, qui suive les processus conceptuels logiques de l'ingénieur. L'architecte admire la beauté des moyens mécaniques contemporains: paquebots, avions, autos, qu'il prend comme modèles pour ses édifices. Le Corbusier se démarque du géométrisme austère du Bauhaus et enracine son art dans la tradition monumentale de l'architecture française illustrée par ses mentors, Auguste Perret et Tony Garnier.


Pour Le Corbusier, la réorganisation de la cité est la première tâche de l'architecture moderne. Au Salon d'automne de 1922, il expose le projet d'une «ville de trois millions d'habitants» qui le conduira à proposer un modèle d'immeuble qu'il appelle «unité d'habitation». La première, la Cité radieuse, sera érigée à Marseille entre 1946 et 1952. En 1928 sont fondés sous son impulsion les Congrès internationaux d'architecture moderne (CIAM), qui traitent des problèmes d'urbanisme. En 1942, Le Corbusier publie la Charte d'Athènes, synthèse des réflexions du quatrième CIAM, tenu en 1934 sur le paquebot Patrix voguant vers Athènes. Cet exposé des thèses fonctionnalistes est devenu, après la Seconde Guerre mondiale, l'ouvrage de référence des urbanistes.

Bien que l'exposition new-yorkaise de 1932 ait reconnu son Suvre, l'Américain Frank Lloyd Wright ne fut pas compté parmi les architectes du style international, à cause de son «individualisme» et de son goût «romantique» pour la nature. D'une génération plus ancienne que ses collègues européens, il avait pu les influencer grâce à la publication à Berlin, dès 1910, du recueil de ses Suvres. Très tôt, F.L. Wright utilise des matériaux comme le béton armé dans des édifices caractérisés par des avant-toits importants, des surfaces peu ornées et des espaces fluides. Entre 1895 et 1910, il construit, surtout dans les banlieues résidentielles de Chicago, une série de maisons connues sous le nom de «maisons de la Prairie». Elles représentent un modèle d'habitat domestique authentiquement américain, fondé sur la tradition des maisons de pionnier. Autour d'un espace où est placée la cheminée, foyer dans tous les sens du terme, rayonnent les pièces en compositions asymétriques et dynamiques. Les saillies importantes des toits et le jeu complexe des terrasses tendent à unir la maison à la nature environnante. Des réminiscences japonaises mêlées à un parti pris d'horizontalité générale font de la maison un abri protecteur. La maison Robie, construite à Chicago en 1909, est la plus achevée de la série. Si F.L. Wright ne craint pas d'inclure les progrès techniques dans son architecture, il prône l'usage «organique» des matériaux de construction. Le bâtiment s'harmonise avec le site où il est installé, ainsi le siège de la société Johnson Wax à Racine, dans le Wisconsin (1939), espace sans cloisons enveloppé de murs de brique associés à des parois de tubes de fibre de verre, ou la Maison sur la cascade (1936), à Bear Run, en Pennsylvanie, qui projette au-dessus d'un torrent ses terrasses de béton.

Le Finlandais Alvar Aalto s'attache également à intégrer bâtiment, fonction de celui-ci et site: son sanatorium (1931), à Paimio, a la forme d'une araignée étendant en tous sens les terrasses destinées aux malades afin de capter le soleil.



║▌│█│║▌║││█║▌│║▌║

► ARCHISOUF ◄
✫ Orginal Page 2012 ✫

║▌│█│║▌║││█║▌│║▌║


الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
معاينة صفحة البيانات الشخصي للعضو http://archisouf.3oloum.org
 
Le Corbusier à l'architecture organique
استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1
 مواضيع مماثلة
-
» La quatrieme année Architecture
» Architecture competition annual 2002
» الهندسة المعمارية Architecture Engineering
» برنامج الريفت المعمارى revit
» المسابقة الصيفية المعمارية للطلاب | the student architectural competition

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
SOUF ARCHITECTURE :: Souf Architecture :: Exposée-
انتقل الى: